La forêt derrière l’école (1/4)

La forêt peut être bien mystérieuse pour les plus jeunes, encore plus que pour les grands. Espèces animales discrètes, légendes, contes, arbres qui communiquent entre eux (voire avec nous), la forêt et ses habitants suscitent aussi bien la curiosité que la fascination. A l’occasion de la Journée Internationale de la forêt, le 21 mars, nous vous proposons un retour en 4 épisodes sur des projets scolaires baronniards autour du thème de la forêt et des arbres. 

La forêt au sens large couvre 80% de la surface totale du Parc des Baronnies provençales : autant dire qu’ici, nous avons tous une forêt à portée de jambes. Nombreuses sont ainsi les écoles sur le territoire qui ont cette chance et qui en profitent, que ce soit pour l’étudier ou tout simplement pour y jouer et construire des cabanes. 

La forêt est un thème si large et si riche qu’il faut même faire preuve d’inventivité pour ne pas s’éparpiller trop parmi les possibilités qu’elle offre : la faune, la flore, les activités humaines, le sport, les arts visuels… C’est une occasion toute trouvée pour emmener les élèves dehors, pour leur faire découvrir ou redécouvrir cette nature dont ils sont très proches et qu’ils apprennent à découvrir et à apprivoiser. 

Cette “reconnexion” est d’ailleurs au cœur des animations de Sébastien Trébosc, de A Pas de Fourmi 05, membre du réseau des Baronautes et intervenant dans la partie haut-alpine du Parc. Pour lui, c’est leur aspect ludique qui font que les sorties en extérieur sont souvent une révélation pour les enfants, tant au niveau de l’épanouissement personnel qu’au niveau scolaire. C’est pour cela qu’il pense et construit la plus grande partie de ses animations lui-même, pour qu’elles soient adaptées au mieux aux attentes des enseignants et aux besoins des élèves. Ces derniers vont ainsi pouvoir découvrir ce milieu par eux-mêmes, sans hésiter à se saisir de sujets complexes qu’il sait mettre à leur portée – par le jeu, notamment. Sébastien fait dans le sur-mesure. Il travaille main dans la main avec les enseignants qui le sollicitent pour construire ensemble un projet précis et unique. 

Ces sorties en extérieur, dont les enfants raffolent toujours, n’ont cependant pas pour seule vocation la découverte scientifique. C’est aussi et surtout un moment pour apprendre autrement, pour découvrir et de se découvrir différemment. Souvent, c’est une même nouvelle dynamique de groupe qui naît, certains se révèlent là sous un autre jour, là où ne les attendait pas, motivés par cet autre cadre qui leur permet de s’exprimer différemment qu’entre quatre murs.  

Sébastien, depuis son enfance en région parisienne, a toujours particulièrement aimé le milieu montagnard. Il aime intervenir en extérieur, partir à la rencontre des petites bêtes, des végétaux et des mécanismes naturels qui organisent la vie dans les forêts. Il voulait également travailler avec les enfants, et c’est un BTS animateur nature qui lui permet de réunir ses deux passions dans un même métier. Cela fait plus de dix ans maintenant que Sébastien se régale à faire découvrir ce qui le passionne.  

En 2017, il a par exemple accompagné le projet « Explorons la forêt » des classes de CE1 et CE2 de Mmes Lavault et Laprade. A l’école élémentaire de Laragne-Montéglin, des projets Parc se montent chaque année ou presque, et certains professeurs des écoles en font un dispositif incontournable dans leur programme. Karine Adam, précédemment enseignante à Ribiers et aujourd’hui à Laragne-Montéglin, en est par exemple à son dixième “projet Parc” d’affilé !  Pour elle, c’est en effet primordial et nécessaire de permettre aux enfants d’apprivoiser leur environnement proche, qui est, dans les Baronnies provençales, d’une richesse exceptionnelle en biodiversité, en ressources, en culture, en histoire… autant d’applications possibles pour mobiliser l’environnement comme outil d’apprentissage en classe ! 

Grâce à Sébastien, ils ont pu étudier la biologie végétale et animale, en faisant plusieurs sorties aux abords de l’école en plus d’une excursion dans la forêt de Saint-Pierre-d’Avez, une petite commune d’une trentaine d’habitants dans la vallée de la Méouge. Ils ont également profité de la venue de Michel Phisel, directeur du Centre de soins de la faune sauvage Aquila, qui se déplace volontiers dans les Hautes Alpes avec son spectacle “Têtes de piafs et tas de bestioles”. Une belle manière de ponctuer cette aventure pédagogique par un brin de rire et d’émerveillement.  

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×