Energie

Accueil / Le Parc en actions / Energie

Depuis plusieurs années, le Parc accompagne les collectivités (communes et communautés de communes) dans leur volonté de maîtriser leurs consommations d'énergies et dans des projets de développement d'énergies renouvelables. Grâce à certains programmes, notamment régionaux, et en partenariat avec différentes structures travaillant sur ces thématiques (Syndicats d'énergie et d'électricité, CEDER, Communes forestières, etc.) le Parc a accompagné la réalisation d'audits énergétiques sur les communes volontaires, mis en place un service technique dédié aux communes (Conseiller en Energie Partagé), travaillé sur le développement d'une filière bois-énergie, participé à une expérimentation sur le développement du solaire photovoltaïque...

Les Baronnies provençales doivent s'inscrire dans la transition énergétique et tout nouveau projet participera à atteindre cet objectif.

Centrale Villageoises Photovoltaïques

L'une des principales causes du changement climatique est l'utilisation toujours croissante des énergies fossiles dont la combustion entraîne l'émission massive de gaz à effet de serre. Au-delà du changement climatique, l'épuisement progressif des gisements d'énergies fossiles devient préoccupant. Face à ces menaces, Rhônalpénergie-Environnement (RAEE - Agence régionale de l'énergie et de l'environnement) et les Parcs naturels régionaux de Rhône-Alpes (Bauges, Ardèche, Pilat, Vercors, Baronnies provençales) se sont mobilisés et travaillent conjointement sur un projet innovant de création de Centrales Villageoises Photovoltaïques basées sur une démarche collective, citoyenne et participative.

Une phase d'études qui conclue à la faisabilité du projet

Entre 2011 et 2013, RAEE a accompagné le Parc pour réfléchir à la mise en place d'une première Centrale Villageoise Photovoltaïque sur les Baronnies provençales. Le Parc a défini dans sa Charte des espaces patrimoniaux et paysagers sur leur cohérence géographique. Dans le cadre du projet, il a été proposé de mener l'expérimentation sur l'entité comprenant les communes de Chauvac-Laux-Montaux, Lemps, Montferrand-la-Fare, Moydans, Rosans, Roussieux, Saint-André de Rosans et Verclause.

Les premières réunions réalisées avec les municipalités et les premières conclusions des études paysagères ont amené le projet à être recentré dans un premier temps sur la commune de Rosans. Deux études paysagères ont été réalisées pour étudier l'intégration paysagère d'un projet photovoltaïque dans le paysage dans toutes ces composantes (géologiques, environnementales, architecturales, …). Ce travail a permis d'identifier une vingtaine de bâtiments correspondant à des critères de localisation par rapport à l'ensoleillement, de co-visibilité et d'orientation des toitures.

Après avoir recueilli l'approbation des propriétaires, une étude technique et architecturale a été réalisée. L'objectif était de définir quelles étaient les toitures qui pouvaient techniquement accueillir des panneaux photovoltaïques, sous quelles conditions, quelle serait la production d'électricité et bien entendu, quel serait le coût de l'installation.

En parallèle de ces différents travaux, ERDF a réalisé une pré-étude de faisabilité pour le raccordement de l'ensemble des toits envisagés sur Rosans. Les réseaux électriques étant de bonne qualité et de bonne capacité, il n'y a heureusement pas de travaux de dimensionnement du réseau à faire.

Au final, en compilant toutes les données collectées, le périmètre de la première Centrale Villageoise rosanaise pourrait couvrir 392,4 m² de toitures sur 9 bâtiments différents (Les Grands Prés + la gendarmerie + la blanchisserie) pour une production de 56,76 kWc.

Les études réalisées confirment que le projet de Rosans est viable. Comparé aux 7 autres projets développés en Rhône-Alpes, c'est celui qui a la meilleure rentabilité notamment du fait du très bon ensoleillement dont bénéficie la commune.

Au final, en compilant toutes les données collectées, le périmètre de la première Centrale Villageoise rosanaise pourrait couvrir 392,4 m² de toitures sur 9 bâtiments différents (Les Grands Prés + la gendarmerie + la blanchisserie) pour une production de 56,76 kWc.

Les études réalisées confirment que le projet de Rosans est viable. Comparé aux 7 autres projets développés en Rhône-Alpes, c'est celui qui a la meilleure rentabilité notamment du fait du très bon ensoleillement dont bénéficie la commune.

Une société de gestion citoyenne, collective et participative

L'aspect innovant du projet réside aussi du mode de potage et de gestion du projet qui peut permettre d'associer dans une même société, des citoyens producteurs et consommateurs d'énergie, des associations, des collectivités locales, des entreprises, etc. Sur la base des réflexions de RAEE sur ces aspects juridiques, il est proposé localement de créer soit une SCIC (Société coopérative d'Intérêt Collectif) soit une SAS (Société par Actions Simplifiées). Quelque soit la forme choisie, cette société sera chargée dans un premier temps de la mise en place effective du projet et permettra de générer les ressources économiques dont bénéficieront les habitants et les collectivités qui en seront actionnaires. La société sera gouvernée localement, permettant aux habitants des Baronnies provençales de se réapproprier la production de leur électricité.

Aujourd'hui, le projet a fait ses preuves et de nouveaux territoires se lancent dans l'expérience. Les Parcs naturels régionaux du Queyras et du Luberon se sont inscrits dans la démarche. Pour plus d'informations, vous pouvez toujours consulter le site www.centralesvillageoises.fr pour suivre l'avancée du projet sur les autres territoires d'expérimentation.

Étude des Productions et consommations d'énergies du territoire et émissions de gaz à effet de serre

Réalisée comme préalable à toute réflexion d'une politique énergétique des Baronnies provençales, le Parc a porté en 2011 la réalisation d'un bilan de la consommation et de la production d'énergies et des émissions de gaz à effet de serre à l'échelle de son territoire. Ce travaille constitue un état des lieux dont les données permettront constitueront la base d'une réflexion Energie-Climat pour orienter les actions du Parc et répondre aux obligations actuelles dictées par l'Etat.

Les résultats de l'étude confirment une forte dépendance du territoire aux produits pétroliers alors que la production d'énergies renouvelables est limitée (16,5% de la consommation). La part du résidentiel et des transports constituent les secteurs les plus énergivores. Ils constituent aussi les domaines où la marge d'amélioration est la plus importante : le déplacement en voiture individuelle est le moyen de déplacement le plus utilisé (57%) et la part des logements construits avant 1974 et chauffant au fioul est prépondérante.

Vous pouvez retrouver l'ensemble de ces données dans le rapport d'étude : Télécharger

Développer une énergie renouvelable à partir du bois des Baronnies provençales

Un Plan d'Approvisionnement Territorial pour identifier la ressource forestière

Lors de l'élaboration de sa Charte Forestière de Territoire, le Parc naturel régional des Baronnies provençales a identifié le bois-énergie comme un enjeu pour valoriser économiquement le patrimoine forestier. Le territoire est couvert à près de 80% par des forêts et des landes ce qui offre un fort potentiel forestier couplé à un bassin de consommation intéressant. Le Parc a donc en 2011 porté la réalisation d'un PAT (Plan d'Approvisionnement Territorial) selon les méthodes développées par les Communes Forestières.

Le PAT est un outil d'aide à la décision pour les élus du territoire. Il permet d'engager une réelle réflexion sur les objectifs de production de plaquettes forestières sur le territoire, pour une consommation locale, mais aussi comme ressource propre du territoire pouvant "s'exporter". Le PAT a ainsi permis de mettre en lumière les zones et les volumes de bois mobilisables sur le territoire. Les contraintes d'accessibilité, de broyage, de transport ont permis de définir des zones propices à la création de plateformes de stockage et définissent un coût de plaquette moyen selon les massifs forestiers.
Une plaquette d'information a été réalisée qui présente les résultats de ce travail élaboré en collaboration avec l'Institut de formation forestière communale (IFFC), les Communes forestières, l'ONF, les CRPF, Provence Forêt, COFORÊT, le CEDER, FIBOIS, Rhônalpénergie Environnement et les Pays Une Autre Provence et Sisteronais-Buëch.

Télécharger la plaquette de vulgarisation avec les résultats du PAT : Cliquez ici

Réseaux de chaleur au bois déchiqueté

Depuis de nombreuses années, le Parc accompagne les collectivités (communes et communautés de communes) dans leurs projets de production et d'utilisation d'énergies renouvelables. A ce titre, plusieurs communes ont bénéficié de l'accompagnement des techniciens dans la définition et le calibrage de réseau de chaleur fonctionnant au bois déchiqueté.
Par le biais d'appels à projet groupés et avec le soutien des communes forestières, les communes de Barret-sur-Méouge et Rosans ont pu réaliser une étude de faisabilité quant à la création de ces infrastructures de chauffage. Depuis, d'autres communes ont sollicité l'aide du Parc dans la définition de leurs projets comme Buis-les-Baronnies et Eourres.

Audrey MATT
Chargée de mission Innovation et transition énergétique

Par téléphone / Fax

Téléphone : 04 75 26 79 05

Fax : 04 75 26 79 09

Par eMail

Veuillez cocher la case ci-dessus et éventuellement recopier le code affiché, pour vérifier que vous êtes un humain et non pas un robot publicitaire (spam).