Déconfinement et sports de nature

20 MAI 2020 Afficher/Masquer la photo


Enfin, nous y sommes ! Le déconfinement progressif a été annoncé par le Gouvernement ce lundi 11 mai. Après quasiment deux mois à devoir rester claquemurés chez nous, la Nature nous manque et il y a fort à parier que beaucoup d’entre nous aspirent à retrouver le grand air. Parmi les activités qu’il sera de nouveau possible d’envisager : les sports de nature ! Oui, mais en adoptant une attitude responsable !

RAPPEL DES CONSIGNES GOUVERNEMENTALES

Dans le cadre du plan de déconfinement progressif (jusqu’au 2 juin) déployé par le Gouvernement, le Ministère des Sports précise les conditions de la reprise pour les différentes disciplines sportives. Le détail des recommandations complètes est à consulter ici : Télécharger le document

Pour les Sports de nature les plus pratiqués sur le massif des Baronnies provençales - randonnée pédestre, randonnée équestre et VTT, trail, parapente et escalade - voici une synthèse des principaux éléments à respecter :
• Une distanciation physique spécifique entre les pratiquants est une condition indispensable à la pratique de l’activité physique :
• 4 m² autour de chaque randonneur ou cavalier en mouvement
• 10 m de distance entre deux VTTistes ou traileurs en déplacement
• L’escalade n’est possible que pour les voies d’une longueur (pas de grandes voies). Se laver les mains (savon bio dégradable ou gel hydro-alcoolique) entre chaque voie si possible.
• En dehors des phases actives de la pratique, toujours garder au moins 1 mètre de distance entre chaque pratiquant et porter un masque.
• Pratiquer au plus proche de son domicile, en restant d’un rayon de 100 km
• La pratique de sports en extérieur peut se faire en groupe mais jusqu’à 10 personnes maximum.
• Chaque pratiquant ne doit utiliser que son matériel personnel (pas de passage ou de prêt de matériel)
• Limiter les transports au strict nécessaire, désinfecter les moyens de transports collectifs (minibus) chaque jour et respecter les distances sanitaires à l’intérieur des véhicules.
• Pratiquer en redoublant de vigilance afin de ne pas augmenter la charge pour les secours et services hospitaliers.

Au-delà des consignes gouvernementales liées à la situation sanitaire, les Fédérations recommandent de reprendre progressivement votre discipline favorite : en deux mois de confinement, nos réflexes se sont émoussés et nous ne sommes pas forcément au mieux de notre forme physique. De manière générale, pour une bonne reprise il vaut mieux retrouver tranquillement ses sensations, à son rythme. Bien que la “saison sportive” soit déjà bien avancée sur le calendrier, il n’en est pas de même pour nos organismes et il vaut mieux garder à l’esprit que manque d'entraînement rime souvent avec accident. Mieux vaut recommencer avec des itinéraires ou des pratiques bien adaptés à son niveau et retrouver ses automatismes, en particulier afin de ne pas oublier les consignes de sécurité.

QUEL A ETE LE DEVELOPPEMENT DE LA NATURE PENDANT LA PERIODE DU CONFINEMENT ?


Pendant la période de confinement (du 16 mars au 11 mai), la nature a été plus tranquille qu’à l’accoutumée. Avec l'interdiction d'accès aux chemins de randonnée, aux sentiers, aux circuits pour les loisirs motorisés, aux aires de décollage de parapente et aux sites d’escalade, la vie sauvage s’est potentiellement adaptée à l’absence de l’homme dans des milieux auparavant fréquentés. Un luxe inattendu pour la biodiversité locale, et surtout au printemps ! Cette saison est en effet particulière, car au sortir de l’hiver, l’activité biologique repart. La faune et la flore entament leur période de reproduction.

• Les arbres se sont couverts de feuilles et de fleurs, les plantes se sont pleinement développées et fournissent habitat et alimentation aux invertébrés
• C’est aussi la période de retour des migrations (hirondelles, huppe fasciée, pie-grièche écorcheur, …). Il n’y a pas que les hirondelles qui reviennent avec le printemps ! Les Guêpiers d’Europe aussi sont de retour, les avez-vous entendus et aperçus ? et en levant les yeux, vous avez peut-être aussi vu planer un Milan noir à basse altitude ? Ces deux espèces hivernent en Afrique occidentale, du Sénégal au Nigeria en passant par la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Mali, le Bénin, ... Soit un voyage à environ 5000 kilomètres des Baronnies provençales… 2 fois par an !
• Le printemps est enfin la période de formation des couples et du début du cycle de reproduction, avec le choix de l’emplacement du nid ou du terrier.

La reproduction est une période qui nécessite calme et quiétude pour de nombreuses espèces. Aussi, la faune a pu ponctuellement modifier ses habitudes et investir des espaces inhabituels, qui étaient plus fréquentés par l’Homme.

QUELS IMPACTS (POTENTIELS) DE LA REPRISE DES SPORTS DE NATURE A PARTIR DU 11 MAI ?

Avec ce manque de Nature et de liberté que nous avons expérimenté depuis le début du confinement, le 11 mai a constitué une sorte de délivrance pour les pratiquants de sports de nature, heureux de retrouver leurs sentiers et sites de pratique favoris. Cette envie partagée par chacun peut conduire à une fréquentation massive de ces sites, et ainsi à une situation de surfréquentation de l’espace, dont plusieurs désagréments peuvent découler :

• La saturation d’un site de pratique ou d’un itinéraire. Dans le cas où un itinéraire ou un site de pratique serait saturé et que le nombre de personnes présentes ne permet pas de respecter les consignes de distanciation physique, mieux vaut en changer et s’orienter vers un espace (ou un horaire) de moindre affluence. De plus, en vous reportant sur d’autres sites moins saturés, vous contribuerez à une meilleure répartition de la pression sur l’environnement de pratique.
• Une situation de forte fréquentation peut également se traduire par une augmentation des conflits d’usages entre pratiquants de différentes disciplines si l’on ne respecte pas quelques conseils simples :
• Respectez l’ordre de priorité entre pratiquants : les cavaliers sont prioritaires par rapport aux autres usagers. Puis viennent les randonneurs pédestres et les trailers, auxquels les vététistes cèdent également le passage. Enfin, les pratiquants de loisirs motorisés se doivent théoriquement de céder le passage à tous les autres usagers qu’ils croisent.
• Restez au maximum sur les itinéraires balisés et respectez les propriétés privées et les agriculteurs
• Soyez discrets et respectueux des autres et du cadre dans lequel vous évoluez pour votre pratique
• L’été approchant, respectez les éventuelles consignes relatives au risque incendie
• Enfin, les pratiquants sont invités à redoubler de vigilance afin de ne pas perturber involontairement une faune qui s’est établie sans devoir s’adapter à la présence de l’Homme. Il est donc important que tous soient attentifs au dérangement qu’ils pourraient générer. Si l’on fait décoller un oiseau du sol ou d’une cavité, si l’on observe des adultes agités et bruyants à notre égard, il ne faut pas insister et essayer d’observer longuement l’animal. Il est préférable de rebrousser chemin et d’éviter le secteur.


Comme nous vous en faisions part il y a quelques jours, les Parcs naturels régionaux de la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur ont émis un appel à la vigilance et là la responsabilité collective dans le cadre d’un retour aux espaces naturels. Ce printemps et cet été, davantage que les autres années, restez sur les sentiers pour ne pas déranger les espèces sauvages qui pourraient vivre à proximité. Respectez les recommandations et les règles de sécurité inscrites sur les panneaux d’information aux abords des espaces naturels.


Si la faune doit d’ordinaire s’adapter aux activités humaines lors de son développement, elle a pu bénéficier durant ce printemps de 56 jours de quiétude consécutifs. Une première ! Alors, lorsque vous serez en pleine nature, prenez aussi le temps de vous émerveiller, tout en respectant la faune et la flore. Le simple accès à des espaces naturels est source de bien-être pour tous, et contribue à rester en bonne santé. C’est aussi l’occasion aussi de repenser notre rapport à la vie sauvage et aux paysages des Baronnies provençales.

Partager l'information...