A paysages extraordinaires, contes merveilleux

22 AVR. 2020 Afficher/Masquer la photo


« Il était une fois en terre baronniarde… », tel pourrait être le début d’une légende fantastique transmise par les quelques conteurs qui sillonnent nos routes. Qu’il s’agisse des vautours qui rôdent au-dessus de l’Eygues, ou des loups qui vagabondent sur nos collines, l’imaginaire des enfants et des adultes de notre région est sollicité au plus haut point. Mais jamais ici vous ne croiserez enfant qui tremble. Il y a longtemps que l’on dompte les bêtes. Et malgré les légendes qui ont traversé les siècles de familles en familles, de contrées en lieux-dits, l’on sait que ces animaux s’ils sont sauvages sont aussi inoffensifs pour l’homme. Et si les légendes se transmettent de bouches à oreilles, les conteurs d’aujourd’hui ne s’amusent plus de ces peurs ancestrales. Jonglant avec les mots comme avec les histoires, ils s’invitent dans les écoles, les villages, les fermes et partout où la nature le permet, pour mieux permettre à chacun de s’approprier les lieux dans un imaginaire partagé. Au-delà des animaux qui peuplent nos collines, et aussi fantastiques soient-ils, les paysages sont en soi une source inépuisable d’histoires dont on ne saurait se lasser.

Dany Aubert, éleveuse de chèvres mohairs à Saint Sauveur Gouvernet, a choisi les mots pour transmettre son métier. Nourrissant d’histoires fantastiques les visiteurs curieux de découvrir le monde agricole, elle en a oublié de vendre quelque pelote quand ce qu’on vient dorénavant chercher chez elle, c’est le verbe…. Mais plus encore, quand la dame mène les écoliers à travers la campagne, elle use et abuse de la toponymie des lieux pour leur permettre de découvrir leurs racines : « Je suis intimement persuadée que des enfants qui ont créé leur conte en associant le nom d’une montagne qu’ils connaissent, une fontaine à laquelle ils viennent se rafraîchir, ou le cyprès du cimetière voisin, se souviendront du conte à la vue de ce paysage. En associant l’imaginaire aux lieux, ils vont s‘y attacher». Parce que les projets d’éducation menés avec le Parc encouragent les intervenants à guider les enfants vers ce que nous avons de plus précieux ici, la nature, ils sont plusieurs intervenants à inviter à l’école buissonnière. C’est au bord d’un ruisseau, entourés d’herbes folles, ou face aux collines que les contes se réinventent.

Avec cette matière inépuisable comme prétexte, le parc a souhaité proposer une formation à ceux qui souhaitent s’adonner à cet art. En octobre 2020, Sylvie Delom, conteuse et auteure de théâtre et de littérature jeunesse, viendra de l’Ain pour proposer une formation dans les locaux du Parc naturel régional des Baronnies provençales. Avec son bagage de conteuse, Sylvie Delom travaille la voix, le corps et la respiration, et trouve un malin plaisir à s’inspirer des pratiques agro-pastorales. Lors de cette formation, elle divulguera volontiers ses secrets aux animateurs et accompagnateurs nature. Tout compte fait, une aubaine pour notre territoire…

Depuis que des actions d’éducation artistique et culturelle sont menées par l’intermédiaire du Parc naturel régional des Baronnies provençales, bon nombre de contes et récits merveilleux ont été imaginés, réinventés et transmis par les élèves eux-mêmes. Riche de ces histoires et de ce patrimoine immatériel, et soucieux de le partager, le Parc a pour projet d’éditer un livre des contes issus de ces interventions.

Le conte a de beaux jours devant lui en Baronnies, et l’occasion est donnée de rappeler qu’à Nyons et dans les villages alentours depuis plus de 30 ans, le festival Contes et Rencontres permet à de nombreux artistes de venir offrir leurs mots à qui souhaite les recevoir chaque année en novembre et décembre. Cet évènement culturel s’annonce à sa manière comme une issue heureuse de l’année 2020, sous le signe de l’imaginaire et d’un moment festif partagé… nous en aurons besoin. On peut s’aventurer à le dire : « Une autre vie qui s’invente ici… ».

Partager l'information...