Un livre de roche à ciel ouvert

02 MAR. 2020 Afficher/Masquer la photo


Cela ne vous aura pas échappé, une des caractéristiques paysagères du Parc Naturel régional des Baronnies provençales réside dans les alternances calcaire-marne qui dessinent ses reliefs. Voici quelques repères qui permettront de mieux appréhender ces paysages, et leur immensité dont les marqueurs temporels donnent parfois le vertige.

Il y a quelques 200 Millions d’années, au cours de l’ère secondaire (appelée aussi mezosoïque), commençait le jurassique. Les Baronnies provençales étaient alors immergées à 300 mètres de profondeur dans un grand océan dénommé la Thetys, une étendue aussi vaste que le Pacifique. Le bassin, qui unit les Baronnies, le Vercors, l’Ardèche et le Verdon, était alors une cuvette qui était le réceptacle de sédiments marins. Au cours de millions d’années, ces sédiments ont durci, se transformant en roche, mais gardant en leur sein les traces d’une vie sous-marine. Les fossiles d’ammonites sont ici nombreux, et les rostres de bélemnites si facilement trouvables qu’il ne fait aucun doute que nous évoluons dans un paysage qui fut un temps un milieu aquatique et salé. Parfois, certains on la surprise de retrouve des fossiles d’ichtyosaures, un reptile marin qui vivait dans nos mers au temps des dinosaures.

La Terre étant en mouvement perpétuel, les évènements tectoniques ont plissé la roche. Du crétacé supérieur (dernière période du mézosoïque) au tertiaire (l’ère cénozoïque) des plissements se formèrent sous l’effet de l’ouverture de l’Océan Atlantique vers l’Est, et par les mouvements de la plaque africaine poussèrent vers l’Est puis vers le Sud-Nord. C’est pourquoi toutes les crêtes que nous voyons aujourd’hui sont pour la plupart alignées Est-Ouest.

Nous avons la chance d’avoir un site géologique rare à La Charce, le site du Serre de l’âne, où les bancs de marne et de calcaire verticaux très rapprochés sont particulièrement remarquables. Ces alternances de jaunes (la roche dure de calcaire) et de gris (roche plus friable de marne), rassemblent, en un seul site, l’originalité de l’histoire géologique des Baronnies provençales et du Diois. Chaque couche correspondant à une période de 20 000 ans, nous avons à La Charce une échelle de quelques 9 millions d’années qui se déroule sous nos yeux avec un passage très marqué du Valanginien (le deuxième étage stratigraphique du Crétacé inférieur) au Hauterivien (le troisième étage stratigraphique du Crétacé inférieur).

De par son haut intérêt scientifique, les chercheurs s’en donnent ici à cœur-joie, tout comme les petits explorateurs à l’âme de paléontologue d’ailleurs. Mais attention, si le ramassage des fossiles est toléré, l’extraction à l’aide d’un marteau est interdite. Le Serre de l’âne, qui est classé Espace Naturel sensible, a été valorisé par le Parc des Baronnies provençales. Il est candidat pour être reconnu, à l’échelle mondiale, comme stratotype de limite entre le Valanginien et le Hauterivien. Il est libre d’accès au public toute l’année.

Partager l'information...