Le gypse dans tous ses états, une exposition à Buis-les-Baronnies

29 FEV. 2020 Afficher/Masquer la photo


Jusqu’au 4 avril prochain, le Parc naturel régional vous propose de découvrir, à l’Office de Tourisme de Buis-les-Baronnies, les différents états du gypse avec lequel on fait du plâtre. C’est aussi une portion de l’histoire des Baronnies provençales qui sera évoquée, même si elle est aujourd’hui un peu oubliée.

Le gypse est une roche évaporite formée au fond de lacs salés au début de l’ère secondaire, il y a 250 millions d’années environ, et au cours de l’ère tertiaire, il y a entre quinze et vingt millions d’années. Il s’agit d’un sulfate de calcium bi-hydraté. On le transforme en plâtre en le chauffant à 110-150 °C (soit beaucoup moins que la chaux ou le ciment) puis en le broyant. Le gypse perd alors un atome et demi d’eau qu’il retrouve lorsqu’on gâche le plâtre. Chimiquement, le plâtre redevient alors du gypse. C’est donc un matériau recyclable.

Depuis le néolithique, on connaît l’intérêt du gypse. Dans notre région, il est exploité depuis le XIIIe siècle au moins, comme l’atteste une transaction entre les seigneuries des Pilles et de Condorcet, datée de 1304. Les Baronnies provençales possèdent deux grands gisements de gypse, un à l’est entre Sisteron et Serres qui traverse la vallée du Buëch et l’autre à l’ouest entre Le Buis et Mérindol au sud et Condorcet au nord. Un autre gisement, plus modeste et datant du tertiaire, a été exploité à Montbrun-les-Bains au cours du XIXe siècle.

L’exposition présente rapidement cette histoire et évoque aussi les différents patrimoines liés au gypse. On le retrouve en effet dans les constructions, comme moellons, mortier, enduits intérieurs et extérieurs. Grâce à son extraordinaire plasticité, il a été utilisé en sculpture, comme le montrent photographies et originaux.

L’exposition est visible dans les locaux de l’Office de Tourisme de Buis-les-Baronnies du lundi au samedi de 9 heurs à 12 h et de 14 h à 17 h 30.

Partager l'information...