Haies et biodiversité, quelles essences pour quels objectifs ?

30 JAN. 2020 Afficher/Masquer la photo


Le17 janvier, sur une parcelle du Centre de Formation Professionnelle et de Promotion Agricole (CFPPA) de Nyons, plus de 25 personnes se sont retrouvés pour des échanges sur l’intérêt de planter des haies comme support à la biodiversité locale.

Que ce soit le choix d’essences locales traditionnelles par le choix de végétaux porteurs de la Marque “Végétal local”, les distances à prendre en compte, les espacements entre les arbres, les intérêts pour l’accueil d’insectes ou d’oiseaux en bordure de parcelle, les participants ont pu interroger Antoine Morinay-Calmon de l’Association Drômoise d’Agroforesterie, Daniélé ORI de la coopérative AGROOF, et Galceron Sierralongue, du GAEC de la ferme de l’Auberge à Divajeu.

Les mains dans la terre, les stagiaires ont comparé rosiers et érables, viorme et laurier pour s’interroger sur les différents intérêts de chaque espèce.
Les bons soins à prodiguer à la haie pour favoriser son implantation ont aussi été rappelés : un travail du sol préalable profond, une plantation en quinconce, un arrosage initial conséquent, autant d’éléments ayant fait l’objet d’échanges constructifs.

Partager l'information...