Chemin faisant

27 JAN. 2020 Afficher/Masquer la photo


Saviez-vous qu’il existe un lieu-dit La Motte-Chalancon en Afrique du Sud ? Que les danois consomment de la pomme de terre grâce aux Drômois ? Ou encore que les chocolats Suchard qui font la renommée de la Suisse seraient nés à Chabeuil ?

Sans faire de la Drôme ou du Parc des Baronnies provençales le centre du monde, il est intéressant de constater que nos savoir-faire ont pu prospérer à l’étranger sans qu’on le sache vraiment. Pourtant, de l’autre côté de l’histoire anecdotique se cache l’histoire dramatique de centaines de milliers de personnes qui ont dû quitter leurs maisons et leurs terres pour des raisons religieuses. Il s’agit en l’occurrence de celle des huguenots et des vaudois, un récit qui pourra être découvert en arpentant le long chemin qu’ils ont emprunté pour fuir le Dauphiné au XVIIe siècle. Un sentier culturel européen est en cours de création, il traversera prochainement le Parc naturel régional des Baronnies provençales du Nord au Sud.

L’association « Sur les Pas des huguenots » travaille actuellement avec l’association Histoire et cultures huguenotes en Baronnies provençales et le Parc naturel régional des Baronnies provençales à faire connaître l’histoire du protestantisme dans les Baronnies provençales. Un sentier est en cours de création visant à relier le Luberon au Diois, traversant le massif par les villages de Saint Auban-sur-Ouvèze, Rosans, Montmorin, reprenant en partie le tracé de la GR91, celui que huguenots et vaudois empruntèrent pour fuir les persécutions et rejoindre Genève et l’Allemagne après la révocation de l’Édit de Nantes en 1685. Permettant d’allier mémoire et plaisir des paysages qu’offre le Parc, ce sentier culturel européen ouvert en 2000, rejoindra à Die le sentier initial qui part du Poët-Laval et mène à Bad-Karlshafen en Allemagne, où se trouvent respectivement des musées du protestantisme.

Le Parc des Baronnies provençales, qui encourage le projet de création de ce futur chemin de grande randonnée, a financé une étude de faisabilité et une exposition itinérante qui permettent de découvrir l’histoire huguenote et vaudoise de la région. Un échange culturel a d’ailleurs permis à une poignée de Drômois de se rendre au Danemark, mais aussi aux Danois de découvrir le territoire de leurs ancêtres lors d’un voyage en terre des Baronnies provençales. Des amitiés naissent de ces rencontres et permettent de découvrir avec une émotion certaine que les noms de famille se croisent, ou se ressemblent. D’autres liens existent avec des Allemands, des Anglais voire des descendants de huguenots qui résident encore en Afrique du Sud.

Grâce à ce projet de chemin de grande randonnée, le Parc des Baronnies provençales se révèle chemin faisant sous un nouveau jour, celui de l’histoire de l’Europe.

Partager l'information...