Parole d'audacieux : « Les gens veulent découvrir les lieux à travers le regard de ceux qui le font »

18 NOV. 2019 Afficher/Masquer la photo


Nous avons eu, à plusieurs reprises, l’opportunité de vous présenter des femmes œuvrent au jour le jour pour faire vivre le territoire. A l’occasion d'une semaine spéciale autour de la Journée internationale de l’homme et pour soutenir l’égalité, le Parc choisit de mettre en valeur, à travers une série de portraits, ceux qui s'engagent pour le développement durable et l'économie locale. Toujours avec l’audace qui caractérise les habitants des Baronnies provençales.

Le Parc a ceci de particulier qu’il est à la lisière de deux géographies distinctes, et pourtant si proches, entre Alpes et Méditerranée. Il suffit parfois de franchir une crête, pour découvrir une nature transformée par un climat nouveau.Les guides de moyenne montagne s’amusent ici à faire découvrir des paysages multiples dont la lecture nécessite souvent l’aide de spécialistes, Manu Blancard en tête.

Ce passionné de nature et de faune sauvage ne perd pas une occasion de parcourir les sentiers du Parc des Baronnies provençales qu’il connaît comme sa poche, vadrouillant ici en homme libre, s’amusant à frôler les vautours au sommet des collines. Sa passion pour la nature et la faune drômoise, il la partage volontiers avec les randonneurs ou touristes en quête de découverte ou de dépaysement : « Ce qu’ils viennent chercher, en plus des paysages, c’est la rencontre. Les gens veulent découvrir les lieux à travers le regard de ceux qui les font », dit-il humblement.

Investi dans l’association Sentouleygues, il accompagne régulièrement des groupes, des familles, et aussi des scolaires. Depuis quinze ans, il guide les jeûneurs venus randonner pendant une semaine avec la famille Bölling, les initiateurs du jeûne en France, installés à Léoux. Les menant plusieurs fois par semaine au sommet de la montagne d’Angèle, ils prennent là-haut une bouffée d’oxygène dans un cadre privilégié, un lieu qu’il affectionne plus que tout. Cela fait vingt ans que Manu Blancard vit à La Motte-Chalancon, un village pour lequel il a un attachement particulier depuis qu’il est enfant, alors qu’il venait en vacances chez son oncle. Longtemps en charge du Lac du Pas des Ondes, il a aujourd’hui dû abandonner ce poste.

Manu Blancard ne manquant pas de ressources, il élève maintenant des brebis et a remis le pied à l’étrier avec l’association Sentouleygues pour proposer de nouvelles sorties nature : du lever de soleil à la randonnée les pieds dans l’eau, les options ne manquent pas pour ce membre du réseau des Baronautesbien décidé à partager les valeurs du Parc des Baronnies provençales avec les plus jeunes, et tous les autres.

Partager l'information...