Les chapelles des Baronnies provençales

11 AOU. 2019 Afficher/Masquer la photo


Souvent cachées, au bout d’un chemin ou suspendues à un rocher, les chapelles du Parc des Baronnies provençales ne demandent qu’à être visitées. Rarement en ruines, elles nécessitent malgré tout une attention particulière et permettent, à qui les chouchoutent, d’y découvrir des trésors.

Châteauneuf-de-Bordette, les récents travaux de restauration de l’église romane ont permis de retrouver le décor de deux anciennes chapelles des XVIIe et XVIIIe siècles, masqués lors de la restructuration de l’édifice au XIXe siècle. De l’autre côté de la crête, à Benivay-Ollon, se trouve sur un piton rocheux la chapelle Saint Jean d’Ollon. En franchissant la porte, on est tout de suite saisi par les fresques en trompe-l’oeil qui ont été repeintes en 1996. Du sol au plafond rien n’a échappé aux artisans qui ont utilisé des méthodes anciennes telle la colle de peau de mouton pour reproduire de la manière la plus authentique possible les peintures originales. L’ancien maire, Jean-Claude Blanchard, se souvient du chantier : « quand j’arrivais le matin, je me demandais ce que les artisans mijotaient tant leur préparation ressemblait à une recette de cuisine ! ». Autre particularité de cette chapelle, un ermitage à l’arrière permet aux randonneurs de passer un moment au plus près des étoiles, de s’installer pour un repas à l’abri du vent si besoin, et de dormir une nuit le temps d’un bivouac de luxe. Encore faut-il aimer cohabiter avec les chauve-souris et autres petites bêtes sauvages qui ont pris possession des lieux, mais sachez qu’un petit feu de cheminée y est possible !

Chemins de muletiers, vestiges de villages, abbaye ou chapelles, il existe quelques chantiers de reconstruction sur le territoire qui attirent les jeunes et même les artisans en quête de savoir-faire. En 2017 et 2018, la commune de Laragne-Montéglin et l’association « Village des jeunes », en partenariat avec le Parc, ont accueilli des bénévoles pour travailler au renforcement des soubassements de la chapelle Saint Michel à Arzeliers. En 2018, neuf artisans en résidence ont pu découvrir une technique de maçonnerie sur ce site. Dans la commune du Saix, l’association des amis de l’abbaye de Clausonne ,fondée il y a vingt ans, permet toute l’année à de nombreux volontaires de participer aux chantiers de sauvegarde des vestiges. Recouverte de végétation quand les chantiers ont commencé, l’abbaye a retrouvé une seconde vie grâce à l’énergie des jeunes venus du monde entier. Pour les plus courageux, pour qui quelques coups de pioches sous le soleil ne font pas peur, il est encore temps de passer des vacances utiles !

Partager l'information...