L'eau au jardin : les bons gestes pour l'économiser

29 JUIL. 2019 Afficher/Masquer la photo


L'été est là, on entre dans les mois d’été les plus chauds et les plus secs, surtout dans le sud de la France. Dans les Baronnies provençales, on n’échappe pas à la sècheresse, alors pour préserver la ressource en eau, on essaie de faire des économies !

On se pose d’abord deux questions essentielles : quand et comment arroser ?

Pour commencer, on évite d’arroser en pleine journée. Avec la chaleur et le soleil, l’eau s’évapore rapidement et les feuilles peuvent pâtir du rayonnement intense à cause de l’effet loupe que créé par les gouttelettes d’eau. On privilégie donc un arrosage en fin de journée, ou à défaut le matin. Ensuite, la fréquence d’arrosage dépend de la qualité du sol, selon que celui-ci est plus ou moins perméable et drainant. Pensez à sonder, au doigt, l’humidité des premiers centimètres de terre au pied de vos plantations pour savoir quand arroser.

Et pour conserver l’humidité du sol, adoptez le paillage ! Merveilleux allié du jardinier, il permet un maintien de l’humidité et de la fraicheur du sol. Si vous vous souciez de l’aspect esthétique de celui-ci, sachez qu’il en existe de toute sorte (tontes de pelouse, feuilles mortes, écorces de pin, coques de cacao, bois raméal fragmenté, etc.). On peut même le réaliser soi-même en broyant nos tailles d’entretien, une astuce économique et écologique ! Enfin, le mieux pour éviter une surconsommation en eau, c’est de privilégier la culture de variétés locales. Adaptées à leur environnement, elles sont moins gourmandes en eau dans nos climats secs. Par exemple, la lavande fait partie des plantes adaptées à la sécheresse. Un ravissement pour les yeux et les insectes dans nos jardins !

En ce qui concerne la pelouse, en été, on redouble d’efforts pour la garder bien verte et la seule solution reste bien souvent de l’arroser quotidiennement. Qu’on se le dise, cela ne nous permet pas de faire des économies. Parfois, elle reste sèche malgré tout. Il y a cependant une solution, encore une fois en adoptant des plantes peu gourmandes en eau. Le gazon des Mascareignes est un bon exemple. C’est une plante couvre-sol qui supporte la sécheresse et le piétinement régulier.

Les épisodes de sécheresses étant de plus en plus fréquents, le Ministère de la Transition écologique et solidaire a créé l’outil en ligne « propluvia ». Il répertorie l’ensemble des arrêtés préfectoraux de restriction d’eau sur l’ensemble du territoire français. Il vous permet de vous informer, en direct, sur l’état des restrictions en cours par département. Car au-delà des pratiques au jardin, ce sont nos gestes qu’il faut revoir, comme nettoyer sa voiture en utilisant abondamment de l’eau alors que les cours d’eau et les nappes sont en pénurie…

Partager l'information...