L’assainissement écologique : des procédés aux multiples avantages !

29 AVR. 2019 Afficher/Masquer la photo


Il y a certaines questions qui prennent une tout autre dimension dès que l’on s’éloigne des villes et que l’on avance en campagne. Pour des petits villages, des hameaux ou tout autre site isolé de montagne, l’assainissement en est une. Et pas des moindres. Car sans réseau d’assainissement collectif, à quoi se raccorder ? Heureusement, dans les Baronnies provençales, on n’est pas moins débrouillards qu’ailleurs ! De nombreux organismes liés au développement de systèmes de toilettes sèches et d’assainissements écologiques semi-collectifs et individuels y ont élu domicile. Ces organismes sont performants et reconnus, pour certains, au niveau national et européen. Ils proposent des solutions pour des cas qui, eux, ne sont pas isolés.

Les systèmes d’assainissement écologiques peuvent prendre différentes formes et s’adaptent au cas par cas. Car outre l’éloignement physique, les difficultés peuvent aussi se trouver dans la nécessité d’économiser la ressource en eau. D’autant plus que celle qui coule dans nos toilettes est potable ! Maîtriser les rejets dans le milieu naturel, maitriser les aménagements pour respecter un environnement particulier sont aussi des challenges à relever. Nos entrepreneurs locaux ont développé des réponses à des besoins dans des habitations, lieux de vie, lieux de passage, en milieu naturel (refuges ou sites isolés, d’escalade par exemple) ou encore pour des besoins ponctuels (festivals, concerts en extérieur, etc.).

L’assainissement écologique permet d’économiser la ressource en eau, mais s’inscrit également dans une logique de recyclage des effluents ainsi que du respect du cycle des matières. Vous connaissez certainement les systèmes de toilettes sèches qui permettent de « récupérer » les excréments. On peut aussi recycler et valoriser les eaux grises issues de l’évacuation de la salle de bain ou de l’évier de la cuisine. Ce sont des eaux faiblement polluées (à nuancer selon les produits que vous pouvez utiliser) qui peuvent être traitées par phytoépuration. Ces systèmes utilisent la capacité de filtration naturelle des plantes. Les plantes utilisées sont choisies et permettent de créer une bonne activité biologique et donc de bonnes conditions épuratoires.

Dans les deux cas, les matières subissent un processus de compostage qui transforme les déchets en terreau et ce sans (ou si peu) d’interventions humaines. Ainsi, on peut considérer ces « déchets » comme des ressources (pour le jardin, pour l’agriculture). Même l’urine à part entière peut être transformée pour produire de la struvite, un minéral phosphaté utilisé comme engrais dans l’agriculture.

Économies d’eau, économies d’énergie (des stations d’épurations habituelles), valorisation des résidus… les avantages sont multiples ! D’ailleurs, beaucoup des petites communes des Baronnies provençales ont d’ailleurs fait ce choix pour l’assainissement de leur commune ! Mais attention, pour que ça fonctionne, n’oubliez pas : ne jetez pas n’importe quoi dans vos canalisations et apportez vos produits nocifs et dangereux en déchetterie, pour laisser nos beaux systèmes d’épuration florissants.

Partager l'information...