Glissements, érosions : quelles essences pour maintenir les sols ?

26 AVR. 2019 Afficher/Masquer la photo


Lorsqu’on parle de glissement de terrain, on parle en réalité d’une érosion des sols. Une érosion peut être rapide et brutale tout comme elle peut être lente et imperceptible à l’œil nu. L’érosion est un phénomène de dégradation des sols suite à une action de l’eau. En milieu agricole, l’érosion des sols peut également est due à l’action du vent. Elle agit aussi sur les berges, qui sont endommagées par le courant des cours d’eau. Enfin, des terres en pente peuvent être érodées suite à des fortes pluies entrainant des ruissèlements chargés d’éléments nutritifs appauvrissant ainsi régulièrement les sols.

Heureusement, des végétaux peuvent permettre de lutter contre ce phénomène. Grâce à eux :

  • les sols sont protégés contre l’impact des pluies ;
  • l’écoulement des eaux de ruissèlement est ralenti ;
  • la perméabilité du sol est favorisée ;
  • une partie de l’eau est absorbée

Par contre tous les végétaux n’assurent pas ce rôle. Aux abords des habitations, on peut facilement observer des iris à rhizomes. Cette plante évite les zones humides, elle est donc adaptée à notre climat et elle est facile d’entretien. Son rhizome, aussi appelé tige souterraine, permet de maintenir les talus.

L’érosion des berges peut être contrôlée grâce à certaines essences de feuillus. Les saules, aulnes et peupliers peuvent maintenir ces sols. Toutefois attention, si ces arbres penchent trop vers la rivière ils peuvent emporter une partie de la berge en tombant. Ces bandes d’arbres, aussi appelée ripisylve ont besoin d’un entretien régulier.

Dans les Baronnies provençales, il est courant de voir des versants marneux. Ces versants sont souvent instables et peuvent « descendre» lors de fortes pluies. Fin XIXè siècle, afin de stabiliser les sols, des forêts domaniales ont été plantées en pin noir d’Autriche sur des sols instables. Le pin noir a la particularité de bien s’ancrer dans tous types de sols. Il nécessite peu d’entretien et a peu de prédateur, ce qui a facilité le boisement de versants difficilement accessibles même à pied.

Enfin, il y a une quarantaine d’années, l’argousier a été testé dans quelques propriétés. Cet arbuste épineux est connu pour être rustique et résistant sur sol pauvre. Bien que son action de maintien des marnes soit validée par certains, cette espèce n’a pas fait l’objet d’un suivi dans les Baronnies provençales.

Dans sa Charte, le Parc s’est engagé à développer une approche intégrée des risques naturels. C’est pourquoi, il mène depuis 2 ans une animation sur ce sujet.

Partager l'information...