L’eau, architecte de nos paysages

12 AVR. 2019 Afficher/Masquer la photo


Remonter les Gorges de la Méouge, ou de Saint Ferréol, s’engouffrer dans celles de l’Eygues, de l’Oule ou d’Ubrieux... les prétextes sont multiples pour partir à la découverte d’un patrimoine naturel et historique remarquable. Car, oui, les rivières du parc des Baronnies provençales sont un livre ouvert sur la géologie, et si remonter le temps n’est pas une faculté humaine, leurs paysages nous proposent néanmoins nombre d’indices du passé.

Veines de la planète, les rivières et leurs parois érodées permettent de lire les strates d’ères lointaines. Dans leurs lits d’apparence si paisible, elles ont lentement creusé leur sillon, charriant de manière incessante cailloux et sables qui ont sculpté et sculptent encore le fond de la rive calcaire. Ainsi se sont formées pendant des millénaires les multiples gorges de la Drôme et des Hautes Alpes. Des montagnes trompeuses aux sommets parfois voluptueux cachent en leur sein des paysages tourmentés de mille-feuilles de roche.

Lire les parois de ces cours d’eau nous permet de relativiser notre condition d’hommes : une strate de vingt-cinq centimètres correspond à un temps de sédimentation marine de cinq à dix mille ans. Quant aux plissements souvent spectaculaires de la roche, ils sont les témoins actuels de la naissance des Pyrénées et des Alpes par le rapprochement de l’Afrique et de l’Europe. Difficile d’imaginer qu’il y a plus de deux cent millions d’années les Alpes étaient encore sous les eaux de la Méditerranée...

Le relief est souvent sinueux, voire labyrinthique. Après une succession de virages, des points de vues surplombant les cours d’eau créent des illusions d’optique, comme à Pomet où le pont roman se transforme en une miniature lorsqu’il est observé depuis la route. Le chaos de roches rondes et immenses et les parois abruptes qui l’entourent semblent défier son architecture parfaite.

Et quand elles ne sont plus gorges, les rivières se jouent de nous, multipliant les méandres, changeant de lit pour mieux nous perdre et nous offrir un spectacle toujours nouveau, terrain perpétuel d’aventures.

Partager l'information...