Bois éthique : comment m'assurer que ce bois est issu de forêts bien gérées ?

01 MAR. 2019 Afficher/Masquer la photo


La forêt couvre 80 % du Parc. Parce qu’elle embellit le paysage et ne cesse de s’accroître, son bois est souvent considéré comme une ressource renouvelable à l’infini. Pourtant certaines essences (espèces d’arbres), en particulier les résineux, peuvent vite être mises en danger. Une coupe de bois trop importante et c’est la fin, pour un temps plus ou moins long, du cycle de vie de la forêt.

On pense souvent aussi que les chênes et hêtres, parce qu’ils peuvent renaître depuis une souche coupée (rejet de souche), sont inépuisables. Or le nombre de rejets que peuvent faire les souches de ces arbres et leur vitalité dépendent en grande partie de l’âge de la souche et des évènements climatiques subits par la forêt.

Alors au final qu’est qu’une forêt bien gérée ? Comment s’assurer que le compromis entre la demande en bois de chauffage ou construction que nous, habitants, imposons aux forêts et le respect de la biodiversité soit maintenu ? Une forêt bien gérée est une forêt dans laquelle l’homme peut couper du bois sans perturber son cycle (pousse, régénération, humus) et lui permettre de se renouveler naturellement. C’est une forêt en bonne santé.

Pour nous, consommateurs de bois, le moyen le plus simple de s’assurer de cette bonne gestion est de rechercher la certification PEFC (Programme Européen des Forêts Certifiées). Cet écolabel demande aux forestiers de s’engager à améliorer la qualité de la forêt. Si le produit en bois que nous achetons est marqué de ce label, alors pas de doute ! Ce produit est issu d’une forêt pour laquelle le propriétaire assure la mise en place d’une gestion durable de la ressource. C’est-à-dire que sa forêt remplit les fonctions économiques, environnementales et sociales que nous lui demandons : production de bois, respect de la biodiversité et du paysage, préservation de la ressource en eau… L’écolabel PEFC nous indique aussi que le changement climatique est pris en compte par le propriétaire et que plusieurs essences se côtoient pour être plus résistantes.

Dans le commerce, on peut également trouver la certification FSC (Forest Stewardship Council). Beaucoup plus exigeante que PEFC, elle impose un niveau de qualité initial à la forêt. Si l’écolabel PEFC peut s’obtenir sur la base d’engagements futurs, la certification FSC n’est obtenue que si la forêt remplit déjà ses fonctions économiques, environnementales et sociales. N’est pas FSC qui veut !

Ces certifications sont basées sur le volontariat. Ainsi, bien que la plupart de ses forêts communales et domaniales aient la certification PEFC, la plupart des forêts privées du Parc ne l’ont pas demandée. Il est toujours possible de se lancer dans la démarche en se rapprochant du Centre Régional de la Propriété Forestière (CRPF).

Il ne vous reste plus qu’à ouvrir l’œil avant d’acheter les planches de votre future étagère !

Partager l'information...